Trip Hong Kong

Catégorie : Voyages par Amo le 30-06-2011

Mots clefs :

Il est cinq heures,
Okpo s’eveille
Okpo s’eveille

Deux expatriés un chouilla excité
Un taxi vient les chercher
L’avion encore ensommeillé
Les attends pour décoller

Il est cinq heures
Okpo se lève,
Il est cinq heures,
Je n’ai pas sommeil.

Après plusieurs jours de préparation, d’échange de mail, de longues discussions autour de « petites bières » dans okpo, nous avons décidé, avec Paul, de partir à Hong Kong le weekend du 03 au 06 juin. Billets d’avion, chambre d’hôtel et tickets aux heures d’ouverture des mus…bars réservés, nous sommes parés pour la « perle de l’Orient ».

Vendredi 03 juin, 05h00 du matin, le taxi file vers l’aéroport international de Busan. Le vol est prévu à 08h00, nous avons donc une pitite marge. Un grand café suivi d’un tour au duty-free et il est déjà temps d’embarquer.


Petit exercice pratique de mise en situation : En prenant pour hypothèse que notre airbus A320 accueil 220 passagers, que nous sommes sortis à Okpo le jeudi soir jusqu’à pas d’heure (sisi ça bouge à Okpo), que notre compagnie aérienne est Dragon Air, que nous partons de Corée du Sud (Busan) vers Hong Kong et que Paul a acheté un appareil photo à l’aéroport. Déterminer le pourcentage de non-asiatiques et le taux d’énervement de ces derniers à bord.

Pour ceux qui ont du mal avec les maths, la solution est triviale :
[(3*√(∫0,220,1 dx)²)/(9*((∑(i=1),13,i)+9))]^(-1) = 1.36%
Ans * 73.52 = 100%

Dans le détail ça donne : sachant que nous n’avons pas loué notre voiture chez Avis, mais qu’Avis est la racine du mot avion et que ce dernier existe et est strictement entier. L’intégrale de cet unique avion de 220 places est de fabrication franco-allmano-geronimo et que sous cet oiseau environ 9 Coréens s’acharnent avec une somme non négligeable de colis à caractères plus ou moins suspect. (Je soupçonne un trafic de kimchi). D’autre part, il n’y a pas de 13ième étage à Hong Kong, mais bien un 14ième (qui donc est le 13ième mais passons), nous trouvons un taux de non asiatique égale à 1.36% !


Les plus matheux auront trouvé plus difficilement un résultat de 0.90%.
Mais pourquoi un tel écart ? La réponse est d’une évidence aussi limpide que le Soju, nous ne sommes pas seuls ! Mais qui est ce mystérieux personnage qui se cache parmi des coréens en partance pour Honk Kong ? Facile : « Cabin Crew, doors to automatic and cross check… » est prononcé avec un accent bien familier. Le commandant de Bord, n’est autre qu’un certain André VIANE.

En ce qui concerne notre taux d’excitation vers cette destination inconnue, le coefficient multiplicateur du résultat précédent n’est autre que la somme de nos deux QI au cours du séjour.

Vers 08h00, les yeux bien ouverts, André délivre aux moteurs toutes leurs puissances chevalienne/chevalière/chevaleresque… de notre côté nous tuons le temps et savourons un divin petit déjeuner.


Je ne vais pas me lancer dans une description ennuyeuse de notre emploi du temps précis Hongkongais préférant nos quelques anecdotes inhabituelles.

Climat : La première chose frappante en arrivant à Hong Kong depuis Okpo, c’est le climat. Jour et nuit, la température avoisine les 30°C avec un taux d’humidité d’environ 95%. Le moindre pas en extérieur nous rend moite. La bonne nouvelle, c’est que la quasi-totalité des bâtiments sont interconnectés par des passerelles climatisées. Nous nous en sommes rendu compte le samedi après-midi.


Touriste : Touriste et fière de l’être, nous avons fait les incontournables d’Hong Kong.

Victoria Peak (quartier de Wan Chai): Vue sur le quartier traditionnel de Mong-Kok, ou l’on ressent bien la présence coloniale Anglaise. Certaines rues m’ont rappelé l’Inde. Mong-Kok est également le quartier commercial ou tout se négocie… afin d’accéder au sommet de cette colline, il faut prendre un pitit tram typiquement typique.


Avenue of stars (quartier de Mong-Kok) : C’est la ballade des Anglais d’Hong Kong, le long de ce front de mer de l’autre côté de la baie, nous avons cette fois-ci vue sur le quartier de Wan Chai. Quartier des affaires et des festivités nocturnes.

Symphony Of Lights, Avenue of stars (quartier de Mong-Kok) : Depuis ce front de mer, avec une foule de touristes et probablement quelques autochtones, nous avons assisté à ce son et lumières émis par les « business tower » de Wan Chai. Entre la réputation élogieuse de cet événement quotidien et la réalité, il n’y a non pas un fossé mais une baie. Bien qu’intéressant à regarder, les jeux de sons et lumières sont platoniques et peu attractifs. Avis partagés par des Taïwanais rencontrés sur place.

Hollywood Road (quartier de Wan Chai) : C’est le haut lieu des antiquités, mais aussi de la contrebande. Au programme : statues antiques, bouddhas en tout genre, pièces d’art chinois, chaussures de ski et oeuvres de la dynastie des Qings.

Lan Kwai Fong (quartier de Wan Chai) : The place to be pour sortir. Une sorte de rondpoint exclusivement fait de bars et clubs en tout genre. Tels des QC leader (Quality Control), mon scope de stage, nous testions les cocktails Hong-Kongiens de la tombée de la nuit au lever du soleil.

Et quitte à être touriste jusqu’au bout, un photographe « professionnel » nous a vendu une photo souvenir avec une magnifique phrase d’accroche : « did you see this wahooo picture ? ». Comblés par cet argumentaire de qualité, nous n’avons pas pu résister.

Coktail : Boisson de référence du séjour. Quel que soit l’heure et l’endroit, c’est toujours le moment de se désaltérer. Une petite préférence tout de même pour le dernier cocktail pris du haut d’un gratte-ciel dominant Hong-Kong, quelques heures avant le départ pour l’aéroport.

Transport
Star Ferry : la façon la plus courte et la moins couteuse pour passer d’un coté à l’autre d’Hong Kong. Type Vaporetto Vénitien, il y a une navette toutes les cinq minutes. En plus cadeau, une super vue s’offre à nous.

Taxi et bus impériaux : Conduite à droite, plus aimable qu’à Paris, chauffeurs de taxi et bus font la loi sur la route. Le but du jeu est de fermer les yeux et de se dire que ça va aller. Attention les ceintures sont en option.

Architecture : Je ne suis pas un expert de l’architecture, mais ce qui est marquant à Hong Kong, c’est la cohabitation d’anciens immeubles délabrés et sales avec des gratte-ciel flambant neuf ultras-modernes. Il suffit de traverser une rue et le changement de décor est radical.

Restauration : Petit-déjeuner typique, déjeuner typique, diner typique. Néanmoins, trois belles entorses à cette chaine typique.
- Une demi-roue de brie s’est présentée devant moi au cours de mon petit déjeuner. Plus de trois mois sans fromage s’est dur. Trop dur. La roue n’a pas fait long feu.
- Sortie de bar tôt le matin, un Kebab-Grec tenu par des asiatiques nous tombent dessus… pas besoin d’être plus explicite
- Le dimanche midi, dernier déjeuné, une table chez un chef français : Joel ROBUCHON nous attend. En résumé : foie gras, tranche de boeuf et foret noire. Une chose est sûre, les Français on sait bien cuisiner.

Dimanche vers 22 heures, le dernier bus pour l’aéroport nous récupère devant l’hôtel. Notre vol est à 02h20. Je connais maintenant l’aéroport comme ma poche ou presque. Vol de 02h20 à 06h35 en théorie le vol s’annonce « calme » du moins s’était un souhait. Les coréens du vol en on décidés autrement. Diner à n’en plus finir, débat en tous genres, formulaire d’immigration vers 04h00. Encore une nuit reposante.

Parler d’Hong Kong sans parler d’HSBC, c’est comme parler de la France sans le traditionnel pain-vin-fromage. On en trouve partout ! pitit clin d’oeil à la traditionnelle pub qui nous a fait rire tout le weekend.

Retrouvez l’ensemble des photos du séjour : ici

Commentaires:

Ajouter un commentaire